Louis Buignet #coworking

Publié le :
July 31, 2020
Date de l'évènement :

Rencontre avec Louis BUIGNET, notre spécialiste en coworking

Louis Buignet, webdesigner & co-gérant du Workingshare

Qui suis-je ?

Je suis né à La Rochelle, j’y ai effectué ma scolarité et mes études de commerce à l’IUT. Ce qui ne m’a pas emballé plus que ça ! Mais mon stage de fin d’étude au merchandising des Francofolies m’a ouvert pas mal de perspectives pour la suite de mon parcours. Après l’obtention de mon DUT, j’ai décidé de me consacrer à mon activité musicale dans le cadre de Taylorythm, un groupe d’électro monté avec un de mes amis. En parallèle, nous avons créé une chaineYoutube pour montrer notre processus créatif.

Le projet a commencé à bien fonctionner. Mais mon binôme est parti à Toulouse pour y poursuivre ses études et j’ai suivi pour pouvoir continuer l'aventure. Nous avons fait quelques prestations pour Canal + et Golden Moustache. Les Francofolies m’ont ensuite recruté pour un CDD de 3 mois pendant lequel j’ai commencé à produire des visuels pour le merchandising. Ces contrats se sont poursuivis pendant deux autres années avec des durées de plus en plus longues et une dimension graphique de plus en plus importante. Entre chaque contrat, je revenais à Toulouse pour combler le reste de l’année avec des petits boulots. Les Francofolies ont fini par me confier une mission de 6 mois essentiellement axée sur la communication.

Parallèlement, j’ai commencé à travailler avec la régie publicitaire de Gaumont Pathé et Kinépolis pour gérer la partie intégration des publicités sur leurs sites web. Cette mission, qui a duré 4 ans, m'a permis d'apprendre mon métier de graphiste et développeur web de façon totalement empirique et m'a conduit à créer ma propre société, ZBRAH.

Au départ, je travaillais exclusivement de chez moi ce qui est rapidement devenu pesant. J’ai donc cherché un lieu pour développer mon activité au contact d’autres professionnel-les. C’est comme cela que j’ai découvert le principe du coworking et le Workingshare qui, à cette époque, disposait d’un seul site et comptait une quinzaine de coworkeurs.

J’ai tout de suite apprécié la structuration en coopérative, la dimension collective, les valeurs très fortes, la gouvernance partagée. C’est ce qui m’a amené, après quelques années, à rejoindre l’équipe de co-gérance composée de 4 personnes pour contribuer à assurer des missions de gestion et de développement.

Le Workingshare au coeur du projet La Proue

Le Workingshare a été créé en 2013 dans un bâtiment situé rue Alfred Kastler à La Rochelle et son développement a été très rapide. Faute de place, il a fallu créer un deuxième espace rue Newton, à environ un kilomètre de Kastler. Ce second espace est lui aussi rapidement devenu complet...

La communauté des coworkeuses et coworkers (plus de 70 personnes à ce jour) se compose de personnes qui s’entraident professionnellement, qui aiment échanger sur de nouveaux projets, lancer de nouvelles initiatives, sont sensibles aux questions de développement durable, aux logiques associatives et abordent la vie professionnelle d’une façon agile et peu conventionnelle. Tout le monde se connait et apprécie d’être ensemble. C’est pourquoi l’envie de regrouper les deux espaces et de poursuivre le développement de la communauté est rapidement apparue comme une évidence.

Cette réflexion autour du regroupement est en partie à l’origine du projet La Proue. Quand nous avons commencé à y réfléchir, nous nous sommes intéressés à la dynamique portée par les tiers-lieux et l’une de nos coworkeuses qui travaillait sur ces questions nous a mis en relation avec le CDIJ et le CAS17, structures associatives engagées dans des démarches similaires. Nous avons participé à des réunions organisées par le Collectif Actions Solidaires, multiplié les rencontres et le projet La Proue commencé à émerger progressivement.

Côté coworking, l'idée d'un grand tiers-lieu hybride est rapidement apparu comme le moyen d'amplifier l'idée de communauté(s),d’entraide et d'imaginer un modèle qui intégrerait des structures et des personnes qui partagent les mêmes valeurs. De rencontres en rencontres nous nous sommes convaincus qu’il était possible de générer une économie sur cette base, simplement en se regroupant au même endroit, en créant des outils communs, en se croisant et en échangeant de façon régulière.

Pour ma part, l'envie de porter des projets a toujours été présente. Et j’ai souvent rêvé d'un lieu totalement adapté à cette envie. Une sorte de Disneyland dans lequel on trouverait des espaces pour travailler, pour bricoler, pour faire du sport, pour monter des projets professionnels ou associatifs. Le tiers-lieu imaginé à travers La Proue correspond à ce lieu rêvé. Un lieu pour capter l'étincelle créative de toutes les personnes qui ont le souhait de lancer un projet sans pour autant oser le faire parce qu’elles ne trouvent pas toujours l’aide nécessaire ou les réponses adaptées. C’est avec ce genre de lieu que l'on peut apporter des réponses, des pistes et des idées à toutes les personnes – jeunes ou moins jeunes, diplômées ou non-diplômées – qui ne se retrouvent pas dans le système « classique ».