Hugues Linyer #intelligence collective

Publié le :
July 31, 2020
Date de l'évènement :

Rencontre avec Hugues LINYER, notre spécialiste en intelligence collective

Hugues Linyer, fondateur et gérant de l'Atelier du Futur

Qui suis-je ?

Ma famille est d’origine vendéenne et j’ai passé mon enfance à Nantes. Etudiant, j’étais passionné par les nouvelles technologies et tout particulièrement par l’informatique. Avec mes premiers salaires de surveillant, j’ai fait l’acquisition d’un ordinateur Shark MZ-80K avec lequel j’ai commencé à développer de petits programmes. C’est ce qui m’a encouragé à choisir des études d’ingénieur informatique à l’ISEN de Lille. Pendant mes études, j’ai réalisé que l’informatique était un formidable outil mais trop détaché de l’humain, qu’elle ne favorisait pas suffisamment les interactions et la connaissance de l’autre. C’est pourquoi j’ai également suivi des modules de sciences politiques et de graphologie. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai effectué mon service militaire dans l’armée de l’air ce qui a déclenché une passion pour l’aviation et m’a encouragé beaucoup plus tard à passer mon brevet de pilote. Pour commencer ma vie professionnelle, je n’ai pas souhaité travailler comme ingénieur : j’étais trop attiré par les ressources humaines. J’ai donc intégré un premier cabinet spécialisé dans le recrutement d’ingénieurs à Paris, avant d’en rejoindre un autre à Lille.

C’est à Lille que j’ai été recruté par Décathlon. J’ai d’abord été en charge des ressources humaines de la filiale Ingénierie du groupe, un poste passionnant qui m’a conduit à effectuer des recrutements dans le monde entier et m’a donné le goût de l’international, avec un attachement particulier pour l’Asie. Puis je suis devenu responsable d’une filiale de 37 M€ de production industrielle en sous-traitance de matériaux textiles et d’agro-alimentaire pour Décathlon.

Après 8 années passées au sein de cette entreprise à laquelle je dois beaucoup, j’ai occupé le poste de DRH pour une entreprise américaine implantée en Normandie avant d’intégrer Léa Nature en 2005. Je suis donc arrivé à La Rochelle pour des raisons professionnelles mais je suis tombé immédiatement sous le charme de la ville. Après deux années au sein de Léa Nature, j’ai ressenti la très forte envie de créer ma propre entreprise. Je n’avais plus envie de manager ni d'être managé, j’aspirais à moins de verticalité dans les rapports professionnels.

J’ai donc créé HL Conseil pour apporter mes compétences en coaching, formation, ressources humaines, management… Cette période coïncide avec deux autres événements marquants : le suicide d’un ancien collègue et ami DRH et les débuts de l’affaire Orange. C’est ce qui m’a motivé à accompagner les organisations dans le « Mieux Travailler Ensemble » pour éviter ce genre de drame. J’ai commencé à travailler avec un réseau de partenaires à La Rochelle, Paris, Nantes… ce qui m’a permis de rencontrer des personnes très créatives dans leur approche et de devenir associé en 2014 d’une entreprise – SENEMIA – basée à Paris puis à Nantes. C’est là que je participe à la création d’une première salle d’intelligence collective. Les fréquents allers-retours entre La Rochelle et Nantes deviennent pesants. Je prends alors la décision de créer un lieu d’innovation à La Rochelle. Fin 2016, je rencontre Sandrine BRUNEAU, nous nous associons et trouvons nos locaux au sein de l’Hôtel d’Entreprises des Minimes et nous ouvrons l’Atelier du Futur en septembre 2017.


L'Atelier du Futur : un outil d'intelligence collective au service du mieux travailler ensemble

L’Atelier du Futur est né de cette conviction qu’il est nécessaire dans le monde d’aujourd’hui de travailler collectivement pour faire émerger des collectifs puissants et des solutions innovantes au sein des organisations. Un autre constat est que travailler collectivement ce n’est pas facile. La notion de compétition est très présente dans notre société et dans le monde du travail. De nombreuses études démontrent qu’elle n’est plus aujourd’hui source de motivation et aussi que cette compétition n’est plus efficace. Le passage dans l’économie de la connaissance nous fait quitter le système industriel, sa pyramide figée, pour un monde numérique, sa créativité et ses réseaux agiles.

C’est une « entreprise à raison d’être », engagement qui désigne la façon dont une entreprise entend jouer un rôle dans la société au-delà de sa seule activité économique. Et pour l’Atelier du Futur, cette raison est d’accompagner nos clients vers le « Mieux …. Ensemble ».

L’Atelier du Futur favorise donc l’intelligence collective à travers des séminaires, des ateliers, des formations, des programmes d’accompagnement… L’Atelier du Futur se positionne comme une structure « tiers », comme un catalyseur qui permet à des personnes, à des entités de se rencontrer dans un cadre autre et de repartir en ayant créé quelque chose de nouveau. Cette notion de tiers rejoint étroitement le projet de grand tiers-lieu hybride porté par La Proue.

En 2016, peu de temps avant la création de l’Atelier du Futur, j’ai rencontré des coworkers du Workingshare qui étaient impliqués dans l’un des premiers fablab rochelais. Je me suis dit qu’il serait particulièrement intéressant de pouvoir un jour implanter notre futur espace d’intelligence collective à proximité d’un fablab et d’un espace de coworking.

Fin 2017, Nous avons organisé une journée portes ouvertes et un groupe de coworkers du Workingshare est venu découvrir l’Atelier du Futur et nous a présenté le projet W – qui ambitionnait de rassembler deux espaces de coworking en un seul – et qui est l’une des graines à l’origine du projet aujourd’hui porté par La Proue. Par la suite, j’ai suivi très attentivement le développement du projet, notamment le rapprochement entre monde entrepreneurial et monde associatif car je suis convaincu que ces croisements génèrent beaucoup de valeur ajoutée. La Proue incarne aujourd’hui ma conviction que le travailler ensemble fonctionne et que ce sont les collectifs qui peuvent faire changer les choses de façon profonde.

J’ai l’envie et le souhait que l’écosystème La Proue puisse bénéficier des personnes et des organisations avec lesquelles je travaille, comme j’ai envie que ces personnes et ces organisations soient inspirées par La Proue. J’attends donc avec impatience que nous puissions trouver les locaux pour réunir l’écosystème et faire de ce lieu un espace d’innovation et de créativité en commun.